10 bonnes raisons de se (re)mettre au tricot!

seComme beaucoup, j’ai appris à tricoter avec ma grand-mère au cours de mon adolescence… Avec des aiguilles droites et de la laine phildar aux couleurs criardes j’enchaînais péniblement les housses d’iPod pour les offrir à mes copines (Oui, c’était la mode à l’époque…). Je me suis même lancée dans une longue écharpe rayée multicolore que ma grand-mère de-tricotait et re-tricotait en secret quand je dormais tellement j’étais lente et irrégulière… La mode des iPod est passée et mon envie de tricoter aussi…

Et puis l’année dernière, ma copine Fanny (Aka treize coquelicot) s’est remise au tricot… Intriguée par ses aiguilles circulaires je me suis laissée tentée. Je ne sais pas si c’est le matériel ou ma maturité (32 ans ça change une femme), mais j’ai tout de suite accroché de nouveau avec cette technique. Etant enceinte (et toujours aussi lente à tricoter), je me suis tournée vers des petites pièces pour mon futur baby. Et ça à été le coup de foudre immédiat !

10 raisons de commencer le tricot

Alors voici 10 raisons pour lesquelles vous devriez donner une nouvelle chance à cette technique :

1- Les aiguilles circulaires : avec les aiguilles droites, je me crispais, laissait tomber par mégarde une aiguille tous les deux rangs…avançais péniblement et mes mailles étaient beaucoup trop serrés… avec les aiguilles circulaires tous ces problèmes se sont envolés !

2-Les apéros/gouters-tricots : c’est super facile de se retrouver tricoter : silencieux et facile à transporter c’est le loisir créatif idéal pour se retrouver entre copines ! Et si vous arrivez dans une nouvelle ville ça peux même être l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes via un groupe de tricot (comme knit baby one more time à Dijon).

4-Se réchauffer les mains (et éviter l’arthrose !) : rien de tel que garder ses mains actives lorsqu’il fait froid. Entre la circulation sanguine stimulée par l’activité et la présence de laine, vous n’êtes pas prêt d’avoir froid aux mains (argument super important si vous lisez cet article en plein été).

5-Se tricoter un pull qui tient vraiment chaud : c’est sure qu’avec les chaleurs estivales que l’on connaît en ce moment ce n’est pas l’argument qui vous motivera le plus, mais promis, cet hiver quand il fera froid vous serez super heureuse d’avoir une pièce en laine qui tient vraiment chaud.

6-Ne pas lâcher 200€ chez des petits haut ou Sezane. Parce que, oui, ce pull doudou est canon, mais il va boulocher au bout de trois lavages. Alors que vous pourrez trouver des laines de qualité à des tarifs très accessibles (pour vous donner une idée, mon pull Sunday sweater ma coûté moins de 40 € et est toujours aussi nickel après une saison).

7-Parfait pour occuper les heures perdues en salles d’attente. Ou les soirées pluvieuses. Ou des trajets en train….

8-Prévenir Alzheimer, se sortir d’une addiction ou réduire les risques de démences… Je ne pensais pas trouver autant d’études démontrant les effets positifs du tricot sur la santé !

9-La satisfaction du fait-main : c’est pareil avec tous les loisirs créatif, mais comme  le tricot est particulièrement laborieux ça procure encore plus de fierté (Oui, j’ai pleuré quand Baby O. à enfilé pour la première fois le petit pull que je lui avait tricoté … hormones de post-partum …?! je ne crois pas 😉 )

9-C’est plus vieillot. dans mes souvenirs, les modèles de tricot étaient plus has-been les uns que les autres, mais maintenant, il y a des créatrices très stylés (Bon, vous trouverez des châles immondes multicolore ou des body moulant en photos sur ravelry, mais allez faire un tour chez petite kitKnitting for olive, ou Charlotte sometimes et vous allez être convaincus !

10-Le tricot est un excellent anti-stress (même le Daily-mail le dit.) ! Personnellement rien de tel que pour m’occuper l’esprit et oublier tous les tracas !

 

Alors si vous êtres convaincus par mes arguments pour vous lancer voici les ouvrages ou petits objets que je vous recommande :

1-Je me mets au tricot de Lise tailor: Parfait pour reprendre les bases en toute sérénité.

2-Des aiguilles circulaire (j’ai celle de la marque Katia, qui sont corrects, mais je vous conseille plutôt Chiaogoo, addi ou Hiyahiya).

3-De jolis anneaux marqueurs (Une trombone ou une épingle à nourrice feront très bien l’affaire au début mais c’est quand même super joli non?).

4-Pour commencer, un livre avec plusieurs modèles c’est plutôt chouette. Ceux de Mademoiselle quincampoix (les tricots bébés) et Bocha_2m (le tricot des petits) sont très bien pour des modèles enfants.

5- Un kit pour ne pas se prendre la tête sur je choix de la laine en fonction du modèle. J’ai testé (et approuvé) les suivant : Tricotez-moi, Mlle quincampoix X Mamy factory, ou we are knitter.

6- Pour rêver des laines de luxes et faite main en France :Lain’amouré ou Yarn by Simone. Plus accessible j’ai aussi adoré tricoter les laines de Mamy factory (particulièrement archi-duchesse).

Voila, j’espère que cet article vous aura donné envie de vous y remettre… si vous n’êtes pas encore convaincu vous pouvez toujours vous laissez convaincre par la broderie

City Guide – Le japon en hiver

img_3380.jpg

Celles qui me suivent sur Instagram le savent, j’ai eu la chance incroyable de remporter le concours « Vole qui peut » organisé par Petit Bateau…. Et même si j’ai mis un moment à réaliser que j’étais l’heureuse élue, j’ai profité pleinement du lot : un aller-retour à Tokyo, et la visite du musée Ghibli ! Nous avons donc pu découvrir le Japon en hiver,  et c’est tout aussi magique que l’été !

Comme la dernière fois, je vous livre ici mes trois coups de cœur du voyage. Je ne vous détaille pas de nouveau quelques points techniques comme l’achat du Japan Rail Pass ou du pocket Wifi, mais vous trouverez toutes les informations ici.

  • Kusashiki (et le musée MT)

Pour commencer notre voyage nous sommes allés à Kurashiki, où nous étions invités à visiter le musée attenant à l’usine MT Masking tape. Pour celles qui ne connaissent pas le masking tape, c’est un rouleau adhésif de papier washi, qui se décolle et recolle à l’infini sans laisser de trace et se déchire très facilement. Le créateur et le leader du marche de masking tape, est « MT Masking Tape » dont le siège se trouve à Kurashiki. J’ai appris lors de cette visite que l’usine était à l’origine fabriquant de papier mouche collant (oui, vous savez les tourbillons que l’on trouvait dans les maisons de nos grands-parents !). Ils se sont ensuite spécialisés dans les rubans protecteurs pour peintre professionnel, en améliorant les propriétés collantes du produit (qui se repositionne à l’infini). Et c’est en gardant cette qualité de produit professionnel qu’ils ont développé leur gamme de masking tape décoratif. Pour avoir utilisé de nombreux masking tape au cours de mes essais créatifs, je peux vous confirmer qu’il n’ont pas tous les mêmes qualités collantes !

L’usine n’est malheureusement pas ouverte aux visiteurs, mais la petite ville de Kurashiki vaut tout de même le détour. Son quartier historique enchanteur (appelé Bikan) est composé d’anciens entrepôts organisés autour d’un canal, et actuellement occupés par de jolies échoppes. Je vous donne ici deux adresses de magasins totalement fous remplis de masking tape et de papeterie kawaï (Magasin Tane, Okayama-ken, Kurashiki-shi, Honmachi, 5 et Magasin 如竹堂,

C’est une halte parfaite sur le chemin du retour si vous venez du sud du Japon !

  • Parc national de Nikko

Un des plus beaux souvenirs du Japon, la promenade dans le parc National de Nikko, seuls dans la nature et les pieds dans la neige. L’accès a Nikko par train depuis Tokyo est assez rapide et facile. Je vous conseille ensuite de prendre un hôtel pas trop loin de la gare, car il vous faudra ensuite prendre un bus pour rejoindre les parties les plus reculées du parc national. Nous avons séjourné trois nuits sur place, ce qui nous a laissé le temps, en plus de visiter les temples de la ville, de faire une jolie randonnée depuis les chutes Ryuziku jusqu’au lac Yunoko. Il faut compter environ trois heures de marche pour cette promenade, et je pense qu’elle vaut également le détour en été. (Vous trouverez des tables pour déjeuner sur le chemin si le temps est doux, mais nous avons préféré manger dans un restaurant à Okunikko Yumoto pour nous réchauffer !)

Vous trouverez autour du lac Chuenzi  de jolis pédalos en forme de cygne, parfait pour une jolie photo sur le rivage en hiver ou une balade sur le lac en été !

  • Tokyo sous le soleil

Autant vous le dire, quand nous sommes venus en juin la dernière fois, nous avons eu de la pluie à Tokyo tous les jours. Et même si j’avais apprécié découvrir la ville, je l’ai vraiment aimée lors de ce voyage, sous le soleil. Les deux immanquables de ce voyage: le parc de Ueno, agréable pour une jolie promenade et la visite des deux-trois temples du parc. Et puis surtout, je ne le dirais jamais assez : un tour chez Tomato Fabrics, dans le quartier de Nippori. La caverne d’alibaba des couturières ! Si vous êtes pressés (par le temps ou par votre copain) je vous conseille de vous diriger directement vers les zones en promos à 100yens le m. Vous trouverez de jolis basique de super qualité à prix imbattable !

See you soon le Japon (et Tomato fabrics aussi!).

Si l’article vous as plu, vous pouvez enregistrer l’image ci-dessous sur Pinterest !

japon